Marine Planel

Directrice ajointe de l’école.
Directrice adjointe du Centre des Bruyères
Educatrice Formatrice Montessori

Titulaire du CRPE (concours de recrutement des professeurs des écoles) depuis 2006, j’ai enseigné en Zone d’éducation prioritaire, à Paris pendant plus de 13 ans. Depuis plusieurs années déjà, la question d’une individualisation de l’enseignement, afin de répondre aux besoins de chacun, m’est apparue comme une nécessité. Seulement, pendant longtemps, j’ai eu du mal à appliquer réellement ce qui sur le papier me paraissait si indispensable. Frustration professionnelle et remises en questions régulières s’en sont suivies. C’est à ce moment que j’ai découvert, la pédagogie Montessori, qui ne m’avait été jusqu’alors présentée que dans des cours d’histoire à l’IUFM. C’est en suivant l’accompagnement de Céline Alvarez en 2016 que tout a enfin pris sens. Il y avait effectivement une solution ! Mais pourquoi alors ne m’en avait-on jamais parlé ? Et pourquoi personne n’est au courant ? J’ai donc commencé à appliquer cette pédagogie dans ma classe de MS/GS de ZEP. Et là, j’ai obtenu des résultats dépassant toutes mes attentes… C’est bien simple, je n’en croyais pas mes yeux… En quelques mois seulement, 75 % de mes élèves étaient devenus lecteurs. Et les autres, commençaient déjà à déchiffrer pour la plupart. Mais je me suis rendue compte aussi que de recommencer chaque année, avec un œil très critique de ma hiérarchie, sans réel engagement de la part de mes collègues, que cela allait être compliqué. Et c’est donc ailleurs que j’ai commencé à chercher, loin de l’éducation publique que j’affectionne tant pourtant. Mais il faut que ce projet naisse, existe enfin : car cette éducation pour nos enfants est possible !

 

Mathilde Havet

Directrice de l’école
Educatrice
Référente linguistique

Professeur des Écoles titulaire du CRPE depuis 2006 avec un parcours au sein de l’EN, assez atypique. Le début de carrière (Enseignement spécialisée en Hôpital psychiatrique, CLIS, SEGPA,…) m’a amené à repenser très rapidement tous mes acquis théoriques et universitaires sur la pédagogie. Travailler avec mes élèves de manière personnalisée et adaptée était plus que nécessaire au vue des besoins particuliers de certains. J’ai ensuite vécu 6 ans au Mexique. J’y ai enseigné dans différentes structures bilingues (Alliance Française et Lycée Français) mais la naissance de mon fils fut l’occasion d’une remise en question profonde. Je souhaitais lui offrir une éducation où ce qui importe avant tout est qu’il soit heureux. J’ai donc pris la décision de me lancer dans un projet éducatif alternatif « Les Petits Nomades ». C’est par le biais de ce projet que j’ai commencé à suivre l’accompagnement de Céline Alvarez.
Avoir la chance de développer un tel projet dans un contexte naturel reste à l’heure
d’aujourd’hui une de plus belles expériences et réussites de ma vie. La vie m’a ramenée en France en 2017 où j’ai repris un poste ordinaire d’enseignante. Mais, je n’y me retrouvais plus. Désireuse de donner une nouvelle orientation à ma vie professionnelle, mais essentiellement, envie de retrouver ce qui pour moi fait sens, j’ai obtenu une disponibilité afin de repartir à l’aventure. Et si un nouveau projet de « Petits Nomades » était possible en France ? Oui, mais comment ? J’ai commencé par me rapprocher des écoles alternatives dans la région rennaise, suis allée à leur rencontre.
J’ai eu la chance d’échanger avec certains, d’en aider d’autres du mieux possible. La rencontre avec mes collègues a été le début de cette aventure, une belle rencontre : des idées et des principes de vie communs ! Ce projet est possible, je l’ai vécu en tant qu’enseignante, en tant que maman : le plus cadeau qu’on puisse faire à nos enfants c’est de leur donner des ailes et d’apprendre à s’en servir.